Le nuage bleu

 

J'étais à Grenoble lorsque je me suis offert ce petit album tout à fait surprenant alors que je me balladais dans une grande enseigne hifi-librairie-informatique dont je ne citerai pas le nom de peur d'avoir les foudres de certains libraires qui passeraient dans le coin. Et donc, dans le rayon Littérature de Jeunesse, il y avait des promos sur plein plein plein de bouquins en petits formats. Je n'avais pas la liste du Ministère de l'Education Nationale (coucou futur patron ! ) sur moi, alors j'ai fouillé et j'ai choisi un peu au hasard, selon l'attrait que j'avais pour les couvertures, les titres …Je tombe alors sur Le Nuage Bleu, de Tomi Ungerer. Le GRAND Tomi Ungerer. Ca ne pouvait être que joli et touchant. J'avais déjà lu, quelques temps auparavant, Otto, Autobiographie d'un ours en peluche du même auteur, j'étais donc séduite d'avance.

 

 

EAU_projet

 

C'est donc l'histoire d'un nuage bleu , rejeté par les autres nuages décide de parcourir le monde, tout ce qu'il touche devient bleu à son passage. Il finit par tomber sur une ville à feu et à sang où plusieurs ethnies se battent les unes contre les autres. Il se sacrifie et se met à pleuvoir sur la ville. Tout devient bleu : les maisons et les gens qui ne voyant plus leurs différences de couleurs, arrêtent de se battre.

 

 La différence comme une garantie de bonheur?

 

C'est surtout sur le thème de la différence de l'autre que se base l'album. Ce thème ressort déjà dès l'abord de la première de couverture qui présente un nuage anthropomorphique bleu au-dessus d'une mer de nuages blancs tous apparentés à des moutons identiques. Ces moutons sont un double jeu sémique de la part de l'auteur illustrateur puisque visuellement et dans la réalité, les mers de nuages ressemblent à des moutons, mais cela évoque évidemment les moutons de Panurges, cette majorité qui suit bêtement les autres sans vraiment réfléchir. Le début du texte évoque d'ailleurs un "troupeau de nuage" comme pour rappeler les attitudes généralisées. Si on retourne l'album et qu'on s'attarde sur la quatrième de couverture on a trois oiseaux dont un bleu et deux gris. D'entrée donc, le thème de la différence s'impose tout comme dans le titre: un nuage bleu c'est différent des autres nuages que nous connaissons tous gris ou blancs…

 

Mais attardons nous sur le personnage principal : le nuage bleu. Il a une forme humaine comme d'autres nuages de l'album mais est complètement différent : il est toujours souriant jusqu'à ce qu'il découvre la ville en guerre. Il ne fait rien comme les autres : il refuse de pleuvoir par mauvais temps, est joyeux, se promène et sa différence apporte la joie et la gaieté : tout ce qu'il touche devient bleu, il devient à la mode et vénéré et surtout il réconcilie les hommes en guerre en se sacrifiant. Est-ce là le moyen de montrer que les différences sont sources de richesse et de joie?

 

La symbolique du bleu

 

Le bleu est très présent, le nuage est bleu, ce qu'il touche devient bleu, et la ville qu'il a sauvé finit par s'appeler "Nuagebleueville" et est toute bleue…Quelle est donc la symbolique du bleu? Le bleu c'est l'infini mais surtout le rêve. A mon sens, l'auteur concrétise dans son album un rêve : celui où tous les hommes finissent par s'entendre tous ensemble et à ne plus voir les différences. Mais c'est seulement un rêve.

 

De l'humour

 

Déjà à travers les yeux d'un enfant, la forme du nuage bleu, son visage, son sourire, le fait que tout ce qu'il traverse devienne bleu, cerf-volant, pic de montagne, oiseau jusqu'à l'alpiniste qui grimpe sur la montagne…est propre à faire rire. On pourra aussi remarquer la présence d'une vache mauve qui n'est pas sans rappeler le bon lait qui sert à faire le bon chocolat Suisse.

La bêtise humaine

 

C'est bel et bien la bêtise humaine qui ressort de cet album mais il faut tout de même avoir des yeux d'adultes pour le comprendre. Déjà parce qu'il faut à ceux qui se battent d'être tous de la même couleur pour qu'ils cessent leurs affrontements : ils sont tous pareils, mais finalement encore différents, puisqu'il n'est question que d'apparence. C'est donc bien la représentation de la connerie humaine concernant l'importance portée aux apparences mais aussi aux petits détails qui font les différences. Et c'est là aussi une dénonciation de la bêtise xenophobe : éliminer un peuple pour être tous pareils. N'oublions pas que Tomi Ungerer a vécu la seconde guerre mondiale et les horreurs qu'elle a engendrée : le nazisme, l'eugénisme, la shoah …On remarquera d'ailleurs une extrême violence dans les propos lorsque la ville en guerre est décrite :

 

 Ce n'était que carnages et pillages.

 Les blancs tuaient les noirs,

 les noirs assassinaient les jaunes,

 les jaunes trucidaient les rouges

et les rouges exécutaient les blancs.

 

Tout est très "vrai". Et le but n'est pas de terroriser le lecteur mais de lui faire ouvrir les yeux sur des comportements humains inhumains.

 

Malgré tout l'espoir de la fin, tout le monde est bleu et s'entend bien, l'auteur illustrateur laisse un petit bémol : dans l'avant dernière double page, parmi la population toute bleue, reste un homme vert qui protégé de son parapluie n'a pas pu être coloré de bleu. Il n'est pas mêlé à la foule, et donc reste au ban de la société.

 

etrevert

 

Au final, la morale n'est pas que la solution est que nous soyons tous pareils mais que nous acceptions les différences des uns et des autres car c'est ce qui fait la richesse de nos échanges et de nos relations humaines.

 

Je ne peux m'empêcher de faire le rapprochement avec Rhinocéros de Ionesco à travers le comportement "moutons" évoqués à plusieurs reprises. Rhinocéros est d'ailleurs une illustration du phénomène "nazisme", "racisme" et qui montre comment les gens se sont bêtements laissés enrôler : tous deviennent des rhinocéros, juste capable d'être bêtes et violents.

 

Bref, si cela reste un joli conte pour enfant, émouvant et touchant, ça l'est d'autant plus pour un adulte qui sera invité lui aussi à réfléchir sur la différence…Un album à lire donc, quel que soit notre âge !