J'ai déjà traité de ce sujet ici-même mais sous un autre angle. L'orthographe, je l'estime, je l'aime et je n'aime pas trop qu'on le dégrade, qu'on le charcute, qu'on le saigne à bon escient, sans vraiment réfléchir. Il est vrai que l'orthographe connait une destruction progressive par un langage écrit simplifié, par aisance et rapidité : entre abréviations et fautes volontaires, les intégristes de l'orthographe qui se nomment parfois eux-mêmes "orthogristes".


Et j'ai récemment été victime de ces "orthogristes" qui pensent sincèrement que les blogs que j'écris sont interdits de toute faute d'orthographe et préfèrent se concentrer sur la forme que sur le fond. J'ai reçu des reproches qui m'ont paru "déplacés" dans la mesure où mes blogs sont mon loisir et mon passe-temps et qu'ils sont très représentatifs de ce que je suis : certainement pas quelqu'un de parfait !


Bref, si moi aussi j'ai déjà eu des attitudes orthogristes, j'ai pris énormément de recul : le recul de la blogueuse compulsive. Le blog j'aime ça et je ne crois pas pouvoir m'en passer, même si dernièrement j'ai largement réduit mon rythme de publication, repos oblige, en travaillant en même temps, c'était presque devenu "stressant". Je considère mes blogs comme des espaces de communication à caractère spontané, représentant beaucoup de travail, nécessitant aussi beaucoup de ressources intellectuelles - à toi qui ris en te disant que mes ressources intellectuelles sont limitées, sache que tes propos ne m'atteignent même pas ! Manquant de temps pour la relecture, et de toute manière une relecture dans l'immédiat qui est trop faillible parce qu'on connait trop bien son texte, il y a toujours des fautes, ici ou là, qui se glissent insidieusement, que je saurais corriger si je les voyais, qui m'horripileraient si je les constatais chez d'autres …


Donc je relativise. J'apprends à être tolérante envers les écrits d'autrui moyennant qu'il n'y ait pas 12 fautes par ligne, je m'intéresse davantage au fond qu'à la forme.


Et puis, un texte avec quelques fautes, me ressemble plus. J'adore bloguer, mais je ne gagne pas ma vie avec mes blogs. Le temps me manque pour m'en occuper en profondeur. J'écris vite, souvent très vite, comme l'inspiration me vient. Les fautes d'inattention et de frappe ne me loupent pas. Et quand je suis fatiguée, bonjour les tendances dyslexiques et comme je n'arrive à me relire que quelques jours après publication …


ALORS OUI,  JE FAIS DES FAUTES ET ALORS ?

Et ça me va bien parce que je n'aime pas être trop conventionnelle même si j'ai du mal à tolérer abréviations et langage sms même sur mes propres brouillons !

La prochaine fois on parlera de l'état déplorable de ma ponctuation … ou pas !